Overblog
Edit post Follow this blog Administration + Create my blog

Published by Ouaibe-apprenti

Nous avions quelques craintes car nous avions commis une erreur de dates sur les flyers ; « vendredi 9 et samedi 10 octobre ». Il fallait lire samedi et dimanche.

Nous nous sommes tout de même lancés.

Le samedi 9, c'était la conférence de Lucie Blanchard devenue notre conférencière de référence. Elle venait parler de la gastronomie médiévale. Elle était un peu tendue car c'était la première fois pour cette conférence-là.

À tort, car le public d'une vingtaine de personnes était très bienveillant et lui a fait un excellent accueil. Nous avions préparé la salle de sorte qu'il faille jeter un oeil sur l'exposition autour du même thème que nous avions installée avant de s'approcher de la scène.

C'était les 9 et 10 octobre à Breuillet

Après la conférence, l'association proposait un goûter hypocras et délicieux pain d'épice confectionné par Dame Aglaé, sur une recette obtenue à Guédelon (dans l'Yonne) - Lucie Blanchard et elle se sont entretenue sur le sujet.

Aglaé au premier plan, sur le comptoir, les pains d'épice. L'hypocras a transité du bidon vers une carafe avant d'être servi.

Lucie Blanchard vient discuter

Le lendemain matin, c'est le groupe théâtral Caravagues (qui suit les Fêtes Romanes depuis 7 ans et propose des spectacles de rue tiré du répertoire médiéval) qui se met en place devant le prieuré. Beau site pour jouer.

À 11 h, le public n'est pas nombreux (une quinzaine de personnes) et les nombreuses voitures sont celles des personnes qui viennent  assister à la messe, suivie d'un baptème. Mais les acteurs jouent avec conviction leur pièce, le Jugement de Renart, deuxième branche de ce très gros ouvrage médiéval mettant en scène Renart (qu'on nommait initialement le goupil). Renart a joué tant de tours à tous les animaux qu'il a rencontrés qu'Ysengrin son compère et sa victime favorite dépose plainte auprès du roi Noble (le lion). C'est à ce procès que la troupe nous propose d'assister.

Renart se sauvera-t-il de ce mauvais pas ?

À la fin du spectacle, Olivier Varanceau crache le feu

Le public part et une partie de la troupe se retrouve avec la cracheur de feu près de la salle de la Chênaie pour partager un pique-nique.

 

L'après-midi, le cracheur de feu s'est placé à la jonction du Sentier des Arts et de la voie qui permet d'accéder à l'église et au prieuré. Il dirige des passants vers le prieuré et la pré ne tarde pas à se remplir.

Les acteurs se détendent avec des exercices à l'ombre d'un arbre proche

Ils sont heureux de jouer devant un public chaleureux d'une soixantaine  de personnes et le spectacle file à toute vitesse.

C'est déjà l'heure du salut

Et, dos au vent, le cracheur se livre sans modération à son art; devant le public auquel il explique les ficelles de son métier

Breuillet, c'est fini. 

Rendez-vous le samedi 23 octobre à Mornac pour une nouvelle manifestation que nous souhaitons aussi réussie que celle-ci. On y retrouvera conférence (sur le bestiaire médiéval), Le Jugement de Renart, une exposition, cracheur de feu (avec danseuse) et plus, le dimanche 24 octobre, un concert dans l'église à 16 heures avec le groupe choral (5 chanteuses dont une harpiste) Cum Jubilo.

Et le tout totalement gratuit. Notez-le dans vos agendas.

To be informed of the latest articles, subscribe:
Comment on this post